Accueil / Actualités / Art&culture / Pour la première fois au Maroc un débat télévisé organisé par «The Munathara Initiative» sous le thème «La liberté d’expression n’a pas de limites»

Pour la première fois au Maroc un débat télévisé organisé par «The Munathara Initiative» sous le thème «La liberté d’expression n’a pas de limites»

Pour la première fois au Maroc un débat télévisé organisé par «The Munathara Initiative»

sous le thème  «La liberté d’expression n’a pas de limites»
Avec Cheikh Fizazi et Fatima Naoot

et les deux gagnants de la 14ème compétition de Munathara :

Ghada Thimech de la Tunisie et Walla Al-Kahlani du Yémen

The Munathara Initiative organise aujourd’hui 25 Mars 2015, à 18h, au Palais des Ambassadeurs à Casablanca, Maroc, la quatorzième édition de son débat télévisé. Un mois auparavant, Munathara avait lancé la 14ème compétition en ligne où l’Initiative est allée à la recherche des voix des jeunes dans la région, en Tunisie, Egypte, Yémen, Libye, et Jordanie. Ces derniers ont bénéficié d’ateliers de formation sur l’art de débattre. Un grand nombre de jeunes de différentes régions du monde arabe ont répondu à la campagne de marketing numérique de l’Initiative pour la participation aux débats en ligne, en téléchargeant des vidéos de 99 secondes sur la plate-forme internet. Les participants se sont engagés de manière constructive dans un débat sur ​​l’un des plus grands problèmes auxquels le monde arabe fait face: la liberté d’expression.

Le thème du débat actuel qui va se dérouler au Maroc est «La liberté d’expression n’a pas de limites». Il dure un peu plus d’une heure.

Les deux jeunes gagnants parmi les huit finalistes de cette quatorzième compétition sont Ghada Thimech de la Tunisie (avec la motion) et Walla Al-Kahlani du Yémen (contre la motion), prennent part à ce débat à coté des deux leaders d’opinion arabes qui sont Cheikh Fizazi et Fatima Naoot, écrivaine et journaliste très connue en Egypte. Elle a publié plusieurs ouvrages et elle est connue par ses chroniques dans plusieurs journaux. Le débat est télédiffusé en direct par Al-Jazeera Mubasher.

Lors de ce débat télévisé, un premier sondage sera effectué au début de l’émission pour définir le pourcentage des votes qui sont pour la motion (la liberté d’expression n’a pas de limites) et ceux qui sont contre cette motion (la liberté d’expression n’a pas de limites).

La fin de l’émission sera marquée par un deuxième sondage pour voir si les débatteurs vont arriver à changer l’opinion du public concernant ce sujet. L’équipe gagnante est l’équipe qui réussira à changer l’avis du public. D’où l’importance de Munathara en tant qu’espace de dialogue basé sur la force de la conviction.

Le débat, qui s’étale sur un peu plus de 60 minutes, commencera par de courtes interventions de la part des deux leaders d’opinion (99 secondes chacune) avant de décortiquer le sujet, à côté de leurs jeunes partenaires. Un équilibre du temps est accordé à chaque point de vue des quatre débatteurs. Durant le concept «moment de vérité » et pendant le direct, les jeunes débatteurs peuvent interroger le leader d’opinion du côté opposé.

Pour rappel, «The Munathara Initiative » est une organisation arabe qui a des bureaux à Washington, D.C., Amman et à Tunis. Elle a commencé juste après le déclenchement des révolutions arabes en 2011, dans le but de soutenir une sphère public arabe par des ateliers de sensibilisation ciblant les jeunes, les femmes et les communautés marginalisées. Grâce à une plate-forme novatrice en ligne, Munathara réunit des jeunes issus du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, pour débattre sur un plateau télévision des grands problèmes auxquels font face leurs communautés. L’initiative a reçu le prix pour la démocratie en 2013.

D’après son président, M. Belabbès BENKREDDA «C’est un droit commun de se faire entendre et de participer à des débats constructifs dans le but de trouver des solutions pour nos défis les plus pressants. Chaque voix perdue signifie une perte potentielle pour l’avancement de notre région.»

Les leaders d’opinions participant au sujet:

«La liberté d’expression n’a pas de limites»

Fatima Naoot

Fatima Naoot est considérée comme l’une des plus célèbres poétesses arabes. Elle est écrivaine et journaliste. Elle a collaboré avec plusieurs journaux et magazines et les chaines de télévision.

Elle est née au Caire en 1964, diplômée en architecture en 1987. Elle a publié 20 livres à ce jour. Elle écrit des chroniques hebdomadaires constantes pour les journaux et magazines en Egypte et au Moyen-Orient. Elle a représenté l’Egypte dans plusieurs festivals et conférences internationales notamment en Europe, USA, Amérique latine et au Moyen-Orient. Elle a remporté plusieurs prix partout dans le monde.

Elle est également membre de l’Union des écrivains d’Egypte, membre du Pen Club International Writers, membre de l’union des médias électroniques arabes, membre du syndicat des ingénieurs de l’Egypte, membre de l’union des femmes écrivaines égyptiennes et de d’autres organisations aussi.

Cheikh Mohamed Fizazi

Mohamed Fizazi est né en 1949 au Maroc. Il a été considéré comme le « prince des salafistes ».

Il commença sa formation à l’école coranique puis à l’école publique et poursuit ses études supérieures à l’école normale d’instituteurs à Rabat. En 1970, il enseigne les mathématiques et le français à Tanger. Il commence à prêcher dans une petite mosquée dans le quartier Casa Barata. En 1980, il commence des études de jurisprudence islamique à l’Université Al Quaraouiyine de Fès, et décroche une maîtrise en sciences du hadîth.

En 2000, il s’envole pour l’Europe, il prononce des prêches en Allemagne, à Hambourg qui est fréquenté par Mohammed Atta.

Son éloquence et sa répartie, en font un des grands spécialistes du débat (mounadhara al niqachiya) du courant salafiste révolutionnaire.

Il est aussi l’auteur de nombreuses conférences filmées. L’une d’entre elle, réalisée à Milan en Italie, intitulée « La démocratie cette idole », aura un écho considérable auprès d’une partie de la jeunesse musulmane occidentale, non seulement pour la qualité de l’argumentation mais aussi pour son style et son ton teinté d’humour sarcastique.

The Munathara Initiative

Munathara est une initiative indépendante de débats arabes à but non lucratif, basée à Tunis, Jordanie, et les Etats-Unis. Elle a été créée comme un forum de débats arabes ouverts, équitables et représentatifs, auxquels n’importe qui peut prendre part et exprimer ses opinions quel que soit son statut social, éducation et emplacement.

Elle a comme devise: débattre ne doit pas être un privilège. C’est votre droit d’exprimer votre opinion et d’être entendu.

Elle a créée un style de débat adéquat aux défis et challenges du monde arabe du 21éme siècle.

Munathara est un projet hautement interactif qui veut évoluer en fonction de votre participation ; n’importe qui peut contribuer à ce forum en soumettant une vidéo de 99 secondes sur les débats du moment.

Munathara organise aussi des panels de débats réguliers lors d’évènements organisés dans des villes arabes, ces débats serons filmés et postés en ligne.

Comment participer à Munathara?

Pour participer à l’un des débats de Munathara, les jeunes envoient des vidéos sur le sujet de 99 secondes qui vont être diffusés sur le site de Munathara « http://www.munathara.com« . Chacun peut voter pour la vidéo et la partie qu’il préfère. Huit finalistes, gagnants de la compétition voyagent dans le pays où le débat télévisé va se dérouler pour participer à deux jours de formation sur l’art de débattre et la chance de participer au débat télévisé a cote des leaders d’opinion arabes. Un comité de juges choisit les deux gagnants qui vont participer au débat télévisé avec deux leaders d’opinions du monde arabe. Le débat est transmis en direct sur une chaine arabe.

Qui est le fondateur de Munathara Initiative?

Belabbès BENKREDDA

Belabbès BENKREDDA est le fondateur et le président de « Munathara initiative ». Il est un jeune innovateur de nationalité algérienne et allemande. Il est écrivain, chroniqueur à la télévision et consultant du gouvernement, spécialisé dans la diplomatie publique.

Il est le fondateur de l’initiative Munathara, qui est un forum de débat en ligne et à la télévision arabe qui favorise les voix des jeunes, des femmes et des communautés marginalisées dans l’opinion publique arabe. Il a reçu le prix de la démocratie en démocratie en 2013 et il est membre du Séminaire global de Salzbourg.

M. BENKREDDA, a reçu sa licence de l’université de Goethe, Francfort en relations internationales. Il a obtenu son master en étudiant la politique du Moyen-Orient de l’université d’Exeter. Il a travaillé pour le bureau Allemand des affaires étrangères à Berlin, le Conseil pour la compréhension arabo-britannique à Londres, Zenith Magazine dans différentes villes du Moyen-Orient. Il a également travaillé pour la Ligue des États arabes et de l’Institut de recherche de la paix Francfort. Il a collaboré avec la télévision Al Jazeera, Spiegel Online, et le New York Times et bien d’autres.

En Janvier 2011, M. Benkredda a fondé « Dubai Debates », comme une plate-forme indépendante pour discuter des questions importantes auxquelles fait face le monde arabe. Le projet a été soutenu par des groupes tels que KAS et CNN International mais il a été suspendu en 2012. Il a créé alors une autre organisation intitulée The Munathara Initiative à Tunis, en Tunisie, initiative qui adopte une approche à trois volets pour les débats: la sensibilisation communautaire, en ligne et la participation des médias sociaux, et un événement de débat en direct.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Orange Maroc partenaire de la caravane musicale du Gnaoua Festival Tour

Partenaire historique du Festival Gnaoua et Musiques du Monde d’Essaouira, Orange Maroc apporte à nouveau ...