Home / Actualités / LE GROUPE FNAIRE SE LANCE DANS LE SOCIAL

LE GROUPE FNAIRE SE LANCE DANS LE SOCIAL

Pour fêter ses 17 ans d’existence, le groupe Fnaire lance une association d’œuvres sociales, dont les objectifs ont été présentés hier lors d’une conférence à Casablanca.

Fnaire se lance dans le social. À l’occasion du 17ème anniversaire de la création du groupe, les trois rappeurs ont créé l’association Fnaire des œuvres sociales et artistiques.

Les grands objectifs de cette association ont été dévoilés hier soir lors d’une conférence de presse à Casablanca. La structure s’engage à financer les études des meilleurs bacheliers des écoles publiques à l’école HEM. Le montant de chaque bourse s’élève à 70.000 DH durant cinq ans.

Une bourse offerte à 12 étudiants

Ils ont, par ailleurs, indiqué que l’association vient de signer une convention cadre de partenariat avec HEM Business School, pour faire bénéficier à 12 étudiants d’une bourse octroyée par l’association couvrant cinq ans d’étude.

Les candidats à travers le Maroc souhaitant bénéficier de cette initiative sont invités à remplir un formulaire en se rendant sur le site web de l’association.

Une commission statuera alors sur la recevabilité des candidatures, en se basant sur la moyenne générale obtenue au baccalauréat mais aussi sur la situation financière du tuteur.

Formé en 2001, le groupe originaire de Marrakech compte plusieurs albums à succès, dont « Lafthouh » (2004), qui comprend des morceaux combinant chansons traditionnelles et rap occidental, tels que « Bahjawy », « Tonea Biladi », et l’album « Yad El Henna » (2007).

L’an dernier, le groupe s’était engagé en faveur de l’environnement avec leur chanson « Al Amir Nadif ». Une chanson qu’ils avait interprétée à la COP22 devant, notamment, le roi Mohammed VI et l’ancien Secrétaire général de l’ONU, Ban-Ki Moon.

Check Also

IHEPS, et l’Association Marocaine De la Transplantation Cardiaque (AMTC) organisent une conférence sous le thème du « don d’organe »

Dans le cadre de « Pour sauver des vies, il faut l’avoir dit », le Bureau des …

Laisser un commentaire

contenu de la page